lundi 18 décembre 2017
Accueil / A la Une / Reportage- Cappadocia, la mystérieuse!
Les Montgolfières de Cappadoce.
Les Montgolfières de Cappadoce.

Reportage- Cappadocia, la mystérieuse!

Par Abdelhafid Azouz- La Cappadoce, Turquie (Correspondance particulière)

La Cappadoce (Cappadocia, en turque) est une destination qui mérite vraiment le détour. Et pour cause, cette région située à l’Est de la Turquie centrale, est l’une des plus belles du pays. Sise autour de la ville de Nevşehir, entre Kayseri et Aksaray, la Cappadoce est située sur des hauts plateaux, à plus de 1000 mètres d’altitude. Elle s’étend sur 20 000 km2 environ.

A la faveur d’un Press-Trip organisé par la compagnie Turkish Airlines (TK), nous y avons séjourné quatre jours durant lesquels nous avons pu admirer les atouts de cette région magnifique. Notre guide, Erhan, nous révèle que la région de Cappadocia « est en train de devenir la deuxième région la plus visitée de Turquie, derrière Istanbul ».

La Cappadoce, classée Patrimoine Mondial de l’Unesco, est surtout connue pour ses paysages pittoresques résultant du volcanisme et de l’érosion, pour ses églises rupestres ornées de fresques, ainsi que pour ses habitations troglodytiques et ses cités souterraines.

00008541566

La magie des « cheminées de fées »

Dès l’aube, la brume de l’automne se disperse lentement pour révéler des paysages époustouflants, tels que le parc national de Göreme où nous avons pu découvrir les fameuses « aiguilles de pierres et de roches » qui se dressent par dizaines et cachent pour certaines de petites églises rupestres datant de l’époque byzantine. Les communautés monastiques byzantines y aménagèrent autrefois des couvents et églises rupestres décorées de fresques. Autre étape : Les cheminées de fées. Construites à l’intérieur des villages, entre les VIIIème et XIIIème siècles, des communautés monastiques byzantines y trouvèrent refuge et y aménagèrent des lieux de culte décorés de fresques, «  On peut y observer l’évolution picturale de l’Eglise d’Orient, avec 150 sites encore préservés », nous précise Erhan, qui ajoute que « toute la région de Cappadoce est constituée de multiples couches d’ignimbrites, couches plus ou moins soudées et donc plus ou moins résistantes à l’érosion. L’érosion a partiellement érodé la couche supérieure résistante ».

La ville souterraine
La ville souterraine

Dans cette région, vous pouvez aussi faire une randonnée « en altitude » dans la vallée d’Ihlara (une sorte de canyon né d’une suite d’éruptions volcaniques, au fond duquel coule une rivière). La Cappadoce abrite d’autres sites remarquables, notamment la ville souterraine de Kaymakli. Située à une vingtaine de kilomètres au sud de Nevşehir, cette cité a été essentiellement creusée par des populations paléochrétiennes souhaitant se protéger contre des persécutions et des invasions. Huit mille chrétiens, fuyant les persécutions romaines, y auraient trouvé refuge. Plus tard, des populations s’y réfugièrent, notamment à partir du viie siècle face aux raids des Omeyyades et des Abbassides. Elle a grandi au fil des siècles, comptant finalement des kilomètres de galeries.

Découverte en 1964, la cité fut partiellement ouverte au public. Actuellement, quatre étages sont accessibles, descendant à une profondeur de 20 mètres, « quatre autres étages sont présents au-dessous », nous confie Erhan.

Toutefois, le must des activités touristiques est incontestablement le survol de la vallée de Göreme au petit matin en montgolfière. Un privilège que nous n’avons pu vivre pour cause de météo (vents persistants durant notre séjour).

Galip Krukçu, potier
Galip Krukçu, potier
Objets de céramique
Objets en céramique
Mickael, responsable des ventes à la galerie d’art El Sanatlari Merkezi.
Mickael, responsable des ventes à la galerie d’art El Sanatlari Merkezi.

Une région connue pour l’art de la céramique et pour ses pierres précieuses

Chez Galip (du nom du potier), est une étape incontournable de notre séjour. Nous avons d’abord vu Galip Krukçu (un véritable maitre de l’art de la poterie) faire un pot sur le volant, puis avons traversé, en sa compagnie,  la galerie en nous expliquant tout le travail d’art. Cela nous a aidés à apprécier les nombreux objets en exposition ( la plupart destinés à la vente), des véritables œuvres d’art. Nous vous recommandons également  une virée à la galerie d’art El Sanatlari Merkezi où vous pourrez admirer des pierres, appelées Zultanite, « que l’on peut trouver seulement en Turquie », indique Mickael, responsable des ventes, qui précise que ces pierres « changent de couleur selon la lumière du jour ».

Avec autant d’atouts, il n’est guère surprenant que nombre de visiteurs, notamment algériens, optent, pour leur prochaine vacances, pour cette région millénaire. Ils pourront le faire en atterrissant à l’aéroport de Kayseri via Istanbul, « nous travaillons avec les agences de voyages algériennes pour leur proposer nos meilleurs tarifs afin de faire découvrir aux algériens cette magnifique région », nous a confié Abdellah Amini, responsable Corporate, Marketing &Media de Turkish Airlines en Algérie. Un conseil : choisissez le printemps, l’été ou l’automne. Vous ne serez pas déçus !

A.A

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *