lundi 18 décembre 2017
Accueil / A la Une / Le Nobel de la paix à la campagne antinucléaire ICAN
La présidente du Comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen.
La présidente du Comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen.

Le Nobel de la paix à la campagne antinucléaire ICAN

Le prix Nobel de la paix a récompensé ce vendredi (6 octobre) la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), armes de destruction massive au cœur de vives tensions avec l’Iran et la Corée du Nord.
Soixante-douze ans après les bombardements de Hiroshima et Nagasaki, ce Nobel distingue une coalition d’ONG qui a poussé à l’adoption cette année d’un traité historique d’interdiction de l’arme atomique mais envoie aussi un message aux puissances nucléaires pour qu’elles entament des « négociations sérieuses » en vue d’éliminer leur arsenal.

« Nous vivons dans un monde où le risque que les armes nucléaires soient utilisées est plus élevé qu’il ne l’a été depuis longtemps », a déclaré la présidente du comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen. « Certains pays modernisent leurs arsenaux nucléaires, et le danger que plus de pays se procurent des armes nucléaires est réel, comme le montre la Corée du Nord », a-t-elle ajouté.

Regroupant plusieurs centaines d’ONG, l’ICAN s’est mobilisée pour le traité d’interdiction de l’arme atomique, adopté par 122 pays le 7 juillet à l’ONU. Ce texte pose pour la première fois l’interdiction de développer, stocker ou menacer d’utiliser l’arme atomique. Sa portée devrait cependant rester essentiellement symbolique puisque les puissances nucléaires ont toutes refusé d’y adhérer. L’Otan l’a condamné, en invoquant notamment la « grave menace » nord-coréenne.

Ce Nobel survient alors que le président Trump doit certifier avant le 15 octobre auprès du Congrès que Téhéran respecte les engagements pris dans le cadre de l’accord historique de 2015. Celui-ci impose de strictes restrictions au programme nucléaire iranien en échange d’une levée des sanctions. Selon le Washington Post, il aurait décidé de ne pas le certifier, ouvrant la voie à une réimposition de sanctions.