dimanche 22 octobre 2017
Accueil / Plus / Communiqués de Presse / Exercice 2016 couronné de succès pour Boehringer Ingelheim
Christoph Raab (2)

Exercice 2016 couronné de succès pour Boehringer Ingelheim

L’entreprise pharmaceutique de recherche Boehringer Ingelheim se réjouit du fait que le dernier exercice a été couronné de succès. Le chiffre d’affaires a augmenté dans tous les secteurs d’activité. Parallèlement, en 2016, Boehringer Ingelheim a terminé comme prévu la reconversion de l’entreprise et se concentrera désormais sur la pharmaceutique humaine, la santé animale et la fabrication sur commande biopharmaceutique.
« Aussi bien notre pharmaceutique humaine que les médicaments du secteur de la santé animale ont contribué à notre évolution commerciale positive grâce à leurs taux de croissance
élevés », a affirmé aujourd’hui Hubertus von Baumbach, PDG de l’entreprise, à l’occasion de la conférence de presse de présentation du bilan. « Nous envisageons l’avenir avec confiance, surtout depuis la reconversion réussie de nos activités. »

Boehringer Ingelheim a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de près de 15,9 milliards d’euros, ce qui correspond, hors effets de change, à une augmentation de 7,3 % (sur une base en euros : +7,1 %). L’amélioration de 27 % du résultat d’exploitation, soit près de 2,9 milliards d’euros, a entraîné une marge bénéficiaire de 18,1 %. En moyenne, Boehringer Ingelheim a employé en 2016 près de 45 700 personnes dans le monde. Grâce au rachat réussi de l’activité Santé animale à compter du 1er janvier 2017 auprès de Sanofi, Merial, le nombre d’employés a grimpé à près de 50000 à la suite de cette entreprise commune.

De plus, Enrique Manzoni, Directeur Général de Boehringer Ingelheim pour la région Moyen-Orient, Turquie, Afrique (META), a déclaré: «Nos résultats financiers dans la région MENA reflètent les efforts continus de l’entreprise pour produire des initiatives innovantes permettant de servir les patients et d’améliorer les résultats de traitement dans différents domaines thérapeutiques dans lesquels nous opérons. Cela a été reflété dans le nombre de lancements de produits (plus de 15) que nous avons pu livrer en 2016, avec plus de 20 autorisations de marché pour de nouveaux médicaments innovants. »

« Le secteur pharmaceutique dans la région continue d’offrir davantage de possibilités de croissance. La région offre de sérieux débouchés et représente un potentiel énorme pour notre entreprise. Et nous continuerons de faire partie de sa success story», a ajouté Manzoni.

De même, Christoph Raab, directeur des finances et de l’administration chez Boehringer Ingelheim META, a ajouté: «En 2016, notre chiffre d’affaires a augmenté de 16% dans toute la région. Les marchés les plus performants ont été les Émirats Arabes Unis, et l’Arabie saoudite avec des taux de croissance élevés. »

« Au cours de l’année dernière, la société a lancé un certain nombre d’investissements stratégiques dans toute la région, dont: l’inauguration du nouveau bureau régional à Dubaï; un accord de fabrication local en Algérie avec Biopharm pour le transfert de technologie; ainsi que des investissements dans l’éducation au sujet de différents zones de maladie. La région est à l’orée d’une nouvelle ère de croissance, et nous continuerons à faire partie de sa réussite « , a ajouté Raab.

Vaste réorientation terminée
Boehringer Ingelheim travaillait intensivement depuis plus de deux ans sur un changement radical de l’entreprise. L’intégration de Merial a représenté une étape importante. L’activité unifiée Santé animale est la seule entreprise européenne de cette envergure dans l’environnement concurrentiel international. « Notre objectif est de préserver ce qu’il y a de meilleur chez les deux organismes et de consolider parallèlement nos atouts, expériences et aptitudes communs », a déclaré von Baumbach. Le nouveau secteur Santé animale de Boehringer Ingelheim est leader du marché pour la lutte antiparasitaire et pour les vaccins destinés aux animaux de la ferme et domestiques.

Pharmaceutique humaine : mises sur le marché et investissements élevés en R&D
Dans le secteur de la pharmaceutique humaine, l’entreprise travaillera sur d’autres innovations importantes dans les domaines thérapeutiques Maladies respiratoires, Maladies cardio-métaboliques, Oncologie, Maladies du Système nerveux central et Immunologie. À moyen terme, Boehringer Ingelheim compte vérifier, par exemple, si le médicament contre le diabète JARDIANCE®, que Boehringer Ingelheim commercialise en collaboration avec Eli Lilly and Company, peut être utilisé en cas d’insuffisance cardiaque chronique avec ou sans diabète. Dans le domaine thérapeutique Oncologie, l’entreprise examine l’efficacité du Nintedanib en cas de mésothéliome, un cancer agressif de la plèvre causé par l’amiante.

Sur le long terme, Boehringer Ingelheim mise de plus en plus sur les partenariats avec les universités, les organismes scientifiques et les entreprises biotechnologiques. « Notre attachement à la recherche et à l’évolution est un pilier essentiel de notre stratégie », a affirmé von Baumbach. En 2016, l’entreprise avait de nouveau augmenté les dépenses de recherche de 4 %,atteignant près de 3,1 milliards d’euros.

En 2016, Boehringer Ingelheim a lancé dans toute la région MENA 14 produits couvrant de multiples domaines thérapeutiques tels que l’hypertension, le diabète de type 2, les accidents vasculaires cérébraux et la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

La société a déposé, dans la région META, un total de 23 produits concernant plusieurs domaines thérapeutiques.
Évolution du chiffre d’affaires dans tous les secteurs
L’année dernière, Boehringer Ingelheim a été en mesure de développer tous ses secteurs. « L’augmentation du chiffre d’affaires en 2016 a dépassé nos attentes », a souligné Simone Menne, membre de la direction de l’entreprise responsable des finances. « Cela est dû au placement réussi de nos produits novateursainsi qu’à la position favorable sur le marché de nos médicaments établis. » Par ailleurs, l’obtention d’un versement convenu dans le cadre d’une coopération avec AbbVie dans le secteur des maladies immunitaires a permis d’appuyer cette évolution positive.

Au total, le chiffre d’affaires réalisé grâce aux médicaments sur ordonnance, le plus grand secteur de Boehringer Ingelheim, a augmenté hors effets de change de 7,4 % à près de 12 milliards d’euros (sur une base en euros: +7,5 %). Avec un chiffre d’affaires de presque trois milliards d’euros, le traitement respiratoire de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est resté le médicament le plus vendu.

Dans le chiffre d’affaires global 2016 de Boehringer Ingelheim, aucune des ventes du secteur Santé animale intégré au 1erjanvier 2017 n’est incluse. Avec son portefeuille traditionnel Santé animale, Boehringer Ingelheim a atteint en 2016 un chiffre d’affaires de près de 1,5 milliards d’euros, ce qui correspond à plus de 9 % du chiffre d’affaires global.

L’année dernière, Boehringer Ingelheim a réalisé 613 millions d’euros de chiffre d’affaires avec la fabrication sur commande biopharmaceutique. La croissance s’est élevée à 6,4 %.

En 2016, le secteur de l’automédication a contribué pour la dernière fois au chiffre d’affaires de l’entreprise, car il appartient à Sanofi depuis le1er janvier 2017. L’année dernière, Boehringer Ingelheim a réalisé dans ce secteur presque 10 % du chiffre d’affaires global, avec près de 1,6 milliard d’euros.

Perspectives 2017
Pour l’exercice en cours, Boehringer Ingelheim s’attend à une augmentation notable du chiffre d’affaires par rapport à l’année précédente, hors effets de change. Cela est dû principalement à l’intégration du nouveau secteur Santé animale.

En 2017, la société escompte 38 autorisations dans toute la région. «Nous continuerons à développer nos initiatives stratégiques dans toute la région et renforcerons notre engagement d’obtenir des résultats toujours plus importants pour les patients», a conclu Manzoni.