samedi 23 septembre 2017
Accueil / A la Une / Feraoun exclut la privatisation d’Algérie Poste
Houda Imene Faraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication.
Houda Imene Faraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication.

Feraoun exclut la privatisation d’Algérie Poste

Par Yacine Djouzi

L’opérateur Algérie Poste (AP) « ne peut en aucune manière être privatisée », a affirmé la ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Imane-Houda Faraoun, dans un entretien ce dimanche (5 mars) à la Radio algérienne. « AP est un établissement public par excellence et il ne peut en aucune manière être privatisé car c’est un des symboles de la souveraineté de l’Etat », a-t-elle dit. « Il est hors de question d’ouvrir à la concurrence les volets régaliens d’AP qui a pour mission de gérer les comptes CCP de millions d’Algériens et de livrer leurs courriers et colis entre autres », a-t-elle ajouté. Elle a salué à cette occasion le bilan « positif » d’Algérie Poste pour 2016 avec la réalisation d’un bénéfice de plus de 8 milliards de DA par rapport à 2015 ou il était de 7,5 milliards de DA.

« En 2016, Algérie Poste a renfloué ses caisses en atteignant 50 milliards de DA, une trésorerie qui a dépassé pour la première fois sa masse salariale », a-t-elle relevé. Elle a qualifié de « performance » le recouvrement par AP de ses créances estimées à 13 milliards de DA en une année. La ministre a indiqué que « ce bilan est positif dans le segment des services financiers postaux, mais demeure mitigé dans les autres activités notamment la gestion du courrier et colis postaux ».

L’entreprise « doit évoluer et dégager au minimum 5 fois plus de bénéfice à condition que les autres activités comme les services du courrier et colis postaux soient restructurées et optimisées », selon elle. Elle a affirmé que « c’est une tâche difficile et complexe, mais faisable et nécessaire, sur laquelle nous devons s’étaler durant l’année 2017 ».

La ministre a indiqué qu’AP devra aussi se mettre au diapason des nouvelles technologies avec la mise en place prochaine du commerce électronique. « Aujourd’hui, nous allons vers le tout numérique et le commerce en ligne sera une opportunité pour AP d’élargir ses activités en proposant par exemple la livraison des colis achetés en ligne », a-t-elle dit.

Concernant la nouvelle carte de paiement électronique « Edahabia », elle a expliqué que 700.000 cartes ont été déjà octroyées depuis son lancement en décembre 2016.

« D’ici à juin prochain, 5 millions de ce type de cartes devraient être distribuées aux clients d’AP », a-t-elle ajouté, expliquant que « ces cartes seront actives au niveau des distributeurs de billets de banque dés que l’ensemble des détenteurs des anciennes cartes électroniques en vigueur actuellement recevront leur nouvelle carte ».

Y.Z