lundi 22 janvier 2018
Accueil / A la Une / Pêche de thon rouge: le quota de l’Algérie révisé en nette hausse pour 2017
thon-rouge-decoupe

Pêche de thon rouge: le quota de l’Algérie révisé en nette hausse pour 2017

Par Yacine Djouzi

Le quota de pêche de thon rouge de l’Algérie pour 2017 a été porté à 1.046 tonnes, alors qu’il avait été fixé initialement à 546 tonnes par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA), rapporte l’APS auprès d’un responsable du ministère de l’Agriculture. Après de laborieuses négociations de la délégation algérienne lors de la réunion de la CICTA, tenue en novembre dernier à Vilamoura (Portugal), cette organisation mondiale a donné son aval pour augmenter de 500 tonnes le quota initialement fixé pour l’Algérie sur 2017, qui était de 546 tonnes et passant ainsi à 1.046 tonnes, explique le coordonnateur général chargé de la pêche et de l’aquaculture au ministère de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche, Tahar Hammouche.

En effet, la réunion de la CICTA tenue en 2014 à Gênes (Italie) au cours de laquelle elle avait défini le plan de répartition des quotas de pêche par pays jusqu’à 2017, l’Algérie avait bénéficié d’une augmentation graduelle de son quota qui avait été fixé à 243 tonnes au titre de l’année 2014, à 370 tonnes en 2015, à 460 tonnes en 2016 et à 546 tonnes en 2017, soit environ 2% du Total admissible de captures (TAC). « C’est une réalisation exceptionnelle pour l’Algérie », d’autant que c’est le seul pays qui a obtenu une augmentation de son quota par rapport au quota initial lors de la réunion de Vilamoura, fait savoir le même responsable.

Cette quote-part supplémentaire raflée en novembre dernier au Portugal « est le fruit d’âpres négociations menées par la délégation algérienne qui a joué le coup » en demandant un quota supplémentaire pour se rapprocher du seuil historique de 5% du Total admissible de captures (TAC) dont bénéficiait l’Algérie jusqu’à 2010.

« Les discussions étaient dures à Vilamoura puisque les quotas étaient déjà arrêtés en 2014 aussi bien pour l’Algérie que pour les autres pays », affirme M. Hammouche.

Après des rounds de négociations et des « jeux de coulisses », certains pays ont accepté d’appuyer les délégués algériens, alors que d’autres ont été soit contre soit neutres.

Alors que les décisions au sein de la CICTA (47 pays et l’Union européenne) se prennent par consensus, une demande de vote a été introduite en faveur de l’Algérie par un pays membre qui a été avalisée: La demande algérienne pour obtenir une autre augmentation du quota a alors obtenu 13 voix favorables, contre huit (8) abstentions et deux (2) voix contre.

Y.D