vendredi 22 septembre 2017
Accueil / Plus / France-Actu / Mali: Enlèvement d’une Française à la tête d’une ONG
gao-mali

Mali: Enlèvement d’une Française à la tête d’une ONG

Les autorités françaises confirment l’enlèvement ce samedi à Gao, dans le nord du Mali, d’une Française, Sophie Pétronin, dirigeant une ONG d’aide à l’enfance, a indiqué ce dimanche le ministère des Affaires étrangères.
« Les autorités françaises, en lien avec les autorités maliennes, sont pleinement mobilisées pour rechercher et libérer, le plus vite possible, notre compatriote », a indiqué dans un communiqué le porte-parole du quai d’Orsay, Romain Nadal. Le ministère a ajouté être en contact avec la famille de Mme Pétronin.

Des soldats français de la force Barkhane participent activement aux recherches au côté des Maliens, a pour sa part indiqué une source militaire française, sans plus de précisions. « Nous poursuivons les recherches pour retrouver Sophie. Nous avons des hommes sur le terrain pour la retrouver. Mais jusque là , il n’y a pas de résultat », a commenté à Bamako une source de sécurité malienne.

L’opération Barkhane contre les jihadistes, forte de 4.000 hommes, est déployée depuis août 2014 sur le Mali, la Mauritanie, le Tchad, le Niger et le Burkina Faso. Les Français sont en nombre sur la base de Gao, un des piliers de la force Barkhane au Sahel. Samedi, une source de sécurité malienne et deux élus locaux de la grande ville du Nord du Mali, à 1.200 km de Bamako, avaient indiqué à l’AFP que Sophie Pétronin avait été enlevée à Gao par des hommes armés.

Ces sources avaient indiqué que l’humanitaire détenait aussi la nationalité suisse mais la porte-parole de la diplomatie suisse, Noemie Charton, a démenti dimanche. Le quai d’Orsay a également indiqué qu’elle était uniquement française. Sexagénaire, Sophie Pétronin travaillait de longue date à Gao à la tête d’une ONG qu’elle a créée pour venir en aide aux enfants souffrant de malnutrition. Selon des médias français, la médecin nutritionniste et spécialiste de médecine tropicale avait échappé en 2012 à un enlèvement par des islamistes à Gao.