mardi 23 janvier 2018
Accueil / A la Une / Lamamra répond au rapport du département d’Etat américain: « une procédure bureaucratique de routine »
Ramtane Lamamra, ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.
Ramtane Lamamra, ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Lamamra répond au rapport du département d’Etat américain: « une procédure bureaucratique de routine »

Par Mohamed Bessaiah

Dans une déclaration à la presse, en marge des séances de la deuxième journée du 4ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique qui se tient à Oran, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Ramtane Lamamra, a affirmé que les rapports du département d’Etat américain mettant en garde les Américains contre le voyage vers certaines régions d’Algérie « s’inscrivent dans le cadre d’un travail bureaucratique de routine consistant en une série de recommandations soumises par les services consulaires américains ».

« L’Algérie est le premier Etat à avoir stratégiquement triomphé du terrorisme », a-t-il martelé appelant à ne pas se focaliser sur de tels « rapports de routine récurrents ».

« Il y a effectivement un communiqué sur l’Algérie mais il y en a un autre similaire concernant Paris où il est recommandé aux Américains voyageant vers la France d’éviter de se rendre dans certaines régions parisiennes pour avoir été le théâtre d’actes criminels et terroristes ».

« Il ne faut donc pas accorder plus d’importance qu’il n’en faut à ces documents de routine émanant du service consulaire des Etats Unis », a-t-il dit.

« Quant aux allégations ‘d’un illustre inconnu’ à Bruxelles, le Chef de la diplomatie algérienne a estimé qu’ « il en est autrement ». « Certes, il est aisé pour quiconque de dire ou d’écrire ce qu’il pense mais la situation à Alep est incomparable », a soutenu M. Lamamra considérant que de « telles sornettes ne méritent pas qu’on s’y arrête ». « La situation en Algérie « est loin de susciter un tel parallèle », a-t-il insisté.

« A  Alep, l’Etat syrien a réussi à recouvrer sa souveraineté et à reconquérir la ville », a ajouté M. Lamamra relevant que « les auteurs de la déclaration de Bruxelles misaient sur le triomphe du terrorisme dans cette ville et ailleurs ». « Devant la défaite du terrorisme à Alep, ils croient pouvoir transposer leur fantasme en Algérie », a affirmé M. Lamamra pour qui « pareils propos méritent peu de cas ».

M.B